5 films à l’essai

Par Posté dans - Ciné le 07 septembre 2014 8 Commentaires

Aujourd'hui un petit bilan cinématographique des 5 derniers films vus, afin de partager avec vous mes impressions et de recueillir également vos avis.

BILAN CINE1jpgUn format d'article un peu inhabituel pour moi qui écris généralement un article-fleuve par film. Oui mais voilà, je n'ai pas eu ces dernières semaines de véritable coup de cœur mais quelques bonnes (et moins bonnes) surprises qui valent toutefois que l'on s'attarde quelque peu....Un format d'article que j'ai voulu un peu plus dynamique (on tente d'aller à l'essentiel) et que je souhaite davantage interactif.....

Les "5 films à l'essai" sont les suivants:

1) The Double

de Richard Ayoade avec Jesse Eisenberg et Mia Wasikowska.
(Le plus creepy).
the doucle AFFICHEjpg
Richard Ayoade (Ex-pilier de la tordante série british The IT Crowd ) revient avec un second film et se lance le défi ambitieux d'adapter Dostoïevski.
Simon est un jeune homme solitaire, terne, introverti et inconsistant, n'ayons pas peur des mots.
Il est totalement transparent aux yeux de son entourage et personne ne semble lui porter le moindre intérêt, que ce soit ses collègues ou sa charmante voisine (et également collègue) dont il est obsédé amoureux.
Alors qu'il semble condamné à mener une existence insipide & inconsistante (Dans un lieu & une époque volontairement indéterminés et indéterminables), sa vie est bouleversée par l'arrivée de James, qui rejoint son équipe de collaborateurs. A sa stupéfaction ce dernier s'avère être son sosie parfait.
Cependant il fait montre d'un caractère et d'une assurance qui sont aux antipodes de ceux de notre petit Simon. Manipulateur et charismatique, ce jumeau maléfique va non seulement rapidement prendre le contrôle de la vie de Simon, tenter de lui voler son identité et tout faire afin de rendre son existence encore plus misérable qu'elle ne l'est déjà…
Pourquoi le plus creepy? Parce que la mise en scène surréaliste et l’atmosphère de paranoïa persistante qui oscille sans cesse entre ambiguïté & absurdité, nous plongent dans un bain d'angoisse dérangeant.
Ce film beaucoup trop long à mon goût, s’essouffle rapidement et tourne franchement en rond durant la dernière demi-heure. Comme l'a si justement fait remarquer Môsieur, c'est un film qui aurait fait un bon "court métrage".....
A noter tout de même la performance de Jesse Eisenberg dans sa lutte avec son sur-moi maléfique pour la conservation de son identité.

2) Les combattants

de Thomas Cailley avec la surprenante & singulière Adèle Haenel et le prometteur Kevin Azaïs.(Le plus surprenant).
les combattants
Les combattants est un film  qui parle de survie sur fond de sentiment amoureux.
Arnaud vient d'enterrer son père. Il reprend sans grande conviction le flambeau de l'entreprise familiale de menuiserie aux côtés de son frère et se prépare à passer l'été à travailler avec ce dernier. Son chemin va croiser celui de Madeleine, jeune femme entière, au caractère affirmé et déconcertant, qui va immédiatement lui plaire. Madeleine est de nature pessimiste (voire percluse d'angoisses), convaincue que l'humanité court à sa perte ( réchauffement climatique, pollution, surpopulation), elle s'attend au pire.
A tel point qu'elle a mis de côté ses études et qu'elle est farouchement décidée à organiser sa propre survie. Et pour cela elle s'entraine:  elle nage avec un sac à dos rempli de briques ("C'est bizarre comment tu nages". "ça n'a rien de bizarre, c'est une nage de combat") et se prépare de bons petits smoothies maison à base de poissons crus...
Dans cette logique de préparation et de survie, elle s'inscrit à un stage de préparation militaire (Et oui l'armée de terre recrute...). Et Arnaud totalement subjuguée par cette Sylverster Stallone en jupon, véritable bloc de muscles, dominante mais sensuelle,  la suit dans cette aventure.
Un premier film décapant, surprenant du début à la fin et irrésistiblement drôle. Un film intelligent, tendre, qui sort des sentiers battus.

3) The salvation

de Kristian Levring avec Mads Mikkelsen, Eva Green, Jeffrey Dean Morgan & Eric Cantona! (La meilleure surprise).
the salvation
"Un western avec Eric Cantona, ça ne se prend pas à la légère"...Dixit Môsieur. Je décide alors de l'accompagner à moitié convaincue, soyons honnêtes. (La même au bout de 2 minutes: "Ah l'Ouest américain!", "Ses grands espaces déserts!", "Des cowboys!", "Mads!!!!").
Jon, un immigrant danois venu tenter sa chance avec son frère vient de retrouver sa famille fraichement débarquée, après une petite séparation de 7 ans. C'est qu'il fallait qu'il s'installe convenablement afin de les accueillir dans les meilleures conditions^^.
Oui mais pas de chance, à peine arrivés et installés dans une diligence afin de rejoindre leur home sweet home, ces derniers se retrouvent à partager le trajet avec des bandits notoires. Sa femme et son fils sont agressés, Jon est balancé de la diligence. Lorsqu'il rattrape le convoi, il est trop tard, sa femme et son fils ont été assassinés.
Ancien soldat qui n'a rien perdu de sa dextérité, il exécute les deux bandits. Manque de chance bis, l'un des deux assassins n'est autre que le frère du chef de gang qui terrorise et manipule la ville, corrompue au possible.
Abandonné par toute la lâche communauté, il se retrouve seul pour affronter ce tueur sanguinaire qui a eu tout le loisir de s'entrainer en massacrant des indiens. S'ensuit un chassé-croisé entre les deux personnages...dans lequel se glissent 2 répliques d'Eric Cantona et une Eva Green muette après avoir été mutilée par les méchants indiens.
Néophyte du genre (mes faits d'armes sont peu nombreux: Le train sifflera 3 fois,Vera Cruz, Cow-boy, Rio Bravo, Appaloosa & True Grit), je ne pourrais affirmer que ce film respecte les codes du genre ou faire de comparaison.
J'ai cependant passé un bon moment avec cette version très esthétique et divertissante, sans grande surprise certes mais très plaisante.

4) Des lendemains qui chantent

de Nicolas Castro avec Pio Marmai (), Gaspard Proust, Laëtitia Casta, Ramzy Bedia & André Dussolier.
DES LENDEMAINS QUI CHANTENTjpg
Le 8 mai 1981, deux frères, Olivier (Gaspard Proust) et Léon (L'irrésistible et attachant Pio Marmai), célèbrent la victoire de François Mitterrand dans leur ville natale de Saint-Étienne. Durant cette soirée, Léon, qui s'apprête à devenir journaliste, croise Noémie (Laëtitia Casta).
S'en suivront 3 jours d'amour et puis s'en vont, Noémie quittera la province pour Paris où elle suivra des études de politique.
Son frère Olivier, montera également dans la capitale pour devenir un publicitaire ambitieux, cynique et largement opportuniste, s’éloignant ainsi du terreau des valeurs familiales.
Quelques années plus tard, Léon rejoindra son frère à Paris, multipliera les boulots dans les rédactions de "gauche". Les deux frères vont alors s’éloigner au grand désarroi de leur père (André Dussolier).
Cerise sur la gâteau, Léon retrouvera Noémie lorsque cette dernière deviendra la petite amie son frère.
Bon attention je vais essayer d'être objective malgré mon béguin pour Pio Marmai et Gaspard Proust (Bah ouais, je suis une midinette en puissance mais qui s'assume!).
Le film parcourt les années 80's et 90's afin de dresser le portrait de la gauche française et de sa  « droitisation »  entre l'euphorie qui suivit l'élection de François ­Mitterrand et "la gueule de bois du 21 avril 2002", et d'évoquer les mutations de la société à travers l'affrontement de deux frères aux convictions divergentes, se disputant qui plus est, la même femme.....
Je vous l'accorde, le pitch n'est pas très engageant et prometteur.
Je me suis laissée séduire par la bande-annonce et les acteurs et j'ai honnêtement bien rigolé....Mais rien de plus...Un film dispensable qui sera vite oublié.
Écoutez plutôt la chanson éponyme....

5) Enemy

de Denis Villeneuve avec avec Jake Gyllenhaal & Mélanie Laurent. (Le plus déroutant - Euphémisme).
ENEMY
Voilà un film dont j'attendais beaucoup et pendant lequel je me suis ennuyée comme une pierre. Je suis totalement passée à côté.
Dans le thriller Prisoners, son précédent film, Denis Villeneuve avait magistralement distillé un suspense diffus que je n'ai malheureusement pas retrouvé ici.
Adam (Jake Gyllenhaal) est professeur d'histoire à l'université et mène une vie ordinaire, voire insipide.
Un jour, il découvre dans un film qu'un acteur de second plan est son sosie parfait. (Cela ne doit pas être sans vous rappeler notre ami Simon de The double).
Très troublé (et on le comprend parfaitement), Adam décide alors de le retrouver et de le rencontrer.
S'ensuit un déroulement déroutant aux méandres pour le moins sinueux, sinon totalement opaques et incompréhensibles pour moi. Je me garderai bien de tenter la moindre analyse car je pense avoir assisté au cheminement individuel du réalisateur, à une réflexion existentielle si personnelle qu'elle est indéchiffrable et dans laquelle je me suis perdue ......avec ennui.

Voila, j'espère avoir réussi à garder quelques lecteurs...
Et toi, derrière ton écran, as-tu vu ces films? Qu'en as-tu pensé?

D'autres films à me conseiller peut-être?

A bientôt.

(8) commentaires

  • aurélie - Répondre

    07 septembre 2014 at 12:11

    Je n’en ai vu aucun, et après avoir lu tes critiques, je ne regrette pas! Pas facile de trouver un coup de cœur ciné en ce moment…
    Bisous et bon weekend

    • allmadehere - Répondre

      07 septembre 2014 at 12:29

      La rentrée est généralement synonyme d’une bonne fournée cinématographique….Je suis optimiste.
      Je n’ai certes pas eu de gros coups de cœur mais « Les combattants » est un très bon film et « The Salvation » remplit bien son office…

  • Aurélie l’Ecouennaise - Répondre

    07 septembre 2014 at 12:21

    Je n’ai pas vu tous les films, seulement The Salvation et Enemy…

    On pourra disserter sur le premier de vive voix mais je te prépare psychologiquement : je n’ai pas du tout aimé, en dépit de la présence de Mads (à l’écran et dans la salle. Assis derrière Caroline s’il-te-plaît).

    Enemy : si quelqu’un a une explication qui tient la route, je suis preneuse. Mais c’est quand même super bien réalisé et Jake Gyllenhaal est parfait.

    • allmadehere - Répondre

      07 septembre 2014 at 12:37

      Ah chic on va pouvoir confronter nos impressions!
      « The salvation » m’a divertie et comme je n’en attendais pas grand chose j’ai été agréablement surprise…(Pouah moi je n’aurais pas réussi à regarder le film avec Mads juste derrière…).
      Pour Enemy, c’est beaucoup moins simple.
      Je me suis réellement ennuyée et pour moi il n’y a rien de pire au cinéma…

  • Aurélie l’Ecouennaise - Répondre

    07 septembre 2014 at 12:23

    J’oubliais que j’avais aussi vu les Combattants, à tes côtés en plus… Et je suis tout à fait d’accord avec toi !

  • girlie cinephilie - Répondre

    09 septembre 2014 at 11:28

    J’ai adoré The Double, il faut que je trouve le temps d’écrire quelque chose dessus, et j’ai bien envie d’aller voir les Combattants

    • allmadehere - Répondre

      09 septembre 2014 at 13:02

      J’ai hâte de lite ton avis détaillé sur The Double (comme souvent^^).
      Et fonce voir les Combattants!

Une remarque?
Une question?
Un mot d'amour?
C'est juste ici...